Qué calor
Pièce pour 4 interprètes et 15 figurants amateurs - 1 heure
Une collaboration chorégraphique et musicale en partenariat avec le groupe industriel Seb. L'univers sonore a été réalisé par trois compositeurs à partir des sons enregistrés dans les ateliers de production des usines SEB, Calor et Téfal.

 

Avant-première au CCB de Lisbonne le 21 mai 2005
Première Le 28 mai 2005 au Théatro Curvo Semedo à Montemor-o-Novo (Portugal)

Cette création est l'aboutissement d'une rencontre originale entre deux univers, industriel et artistique. Une pièce chorégraphique pour 4 interprètes nourrie de bruits et de gestes observés sur les sites de production ; un langage gestuel précis et construit, un regard résolument sensible et artistique qui interrogent une réalité économique. Une création qui choisit de faire la part belle à la nature humaine et à sa capacité d'adaptation et de transformation.

Autres vidéos * vidéo réalisée par Camille Moulinier suite aux visites du Groupe SEB et à une période de répétition au Pot au Noir à Rivoiranche
Album photo album-photo
photos en 300 dpi 300dpi
Dossier dossier
Presse
Fiche technique technique
Distribution

Interprètes : Laure Leguet/Annabelle Bonnéry, Violeta Todo Gonzalez, David Lerat/Nicolas Hubert et Sébastien Merlin

Musique : Marie-Pascale Bertrand, Louis Paralis et Hector Boyau

Textes de scène : Hector Boyau

Scénographie : François Deneulin

Costumes : Sylvie Couturier
Lumière : Sylvain Fabry

Partenaires Subventionné par : Conseil Régional Rhône-Alpes et Département de l'Isère
Coproduction : Groupe Seb, Centre Chorégraphique National de Rillieux-la-Pape/Compagnie Maguy Marin dans le cadre de l'accueil studio, ADAMI, SPEDIDAM, o Espaço do Tempo / Rui Horta.
Avec le soutien du CCB de Lisbonne, du Laboratoire de Psychologie du Travail et de l'Action au CNAM Paris, de TTI-Trans Tourisme Isère, du Pot-au-Noir à Rivoiranche, de la Cie Christiane Blaise dans le cadre des "Traversées", de la MC2 : Le labo de Grenoble, Le CCN de Grenoble / Jean-Claude Gallotta, Cie DIT / Robert Seyfried.

. . .